Mohamed Benchaaboun, PDG, Banque Populaire

Mohamed Benchaaboun, PDG, Banque Populaire

Question : L’histoire du Groupe Banque Populaire a presque cent ans ; commentaires sur ce cette longue histoire et la philosophie de cette institution financière clé du Maroc toujours concentrée dans les concepts de mutualité et de coopération. 

M. Benchaaboun : Effectivement, c’est en 1926 que les jalons de ce qui est devenu aujourd’hui le Groupe Banque Populaire ont été posés en mettant déjà en exergue les valeurs de coopération et de la mutualité qui ont constitué et qui constituent toujours le socle de notre Groupe.

Depuis lors, le Groupe a connu plusieurs changements et adaptations sous l’impulsion du législateur avec, notamment, la réforme de 1961 qui, à l’aube de l’indépendance, a consacré l’organisation mutualiste et coopérative du Groupe tout en lui confiant la noble mission de bancarisation de l’économie et de promotion des petites et moyennes industries et de l’artisanat. C’est dans ce cadre que le Groupe Banque Populaire s’est hissé, durant les années 80, au premier rang des banques marocaines avec une forte capacité de mobilisation de l’épargne, celle de la diaspora marocaine en particulier, et une implantation qui couvrait plus les régions périphériques dans cette perspective de vulgarisation de la « chose » bancaire.

La deuxième réforme est celle de l’année 2000 avec la loi 12/96 dont l’objectif fondamental était l’amélioration de la gouvernance du Groupe pour une plus grande performance.

Depuis lors, le Groupe a connu de profondes mutations tout en gardant ses gènes coopératifs et mutualistes, à travers la diversification de son champ d’action qui a également intégré les financements corporate qui ont été pris en charge par la Banque Centrale Populaire alors que les banques régionales ont renforcé leur présence significative au niveau des régions. Le Groupe a également étendu ses activités à l’ensemble des domaines financiers et s’est également ouvert à l’international où il a, désormais, l’ambition de se positionner comme l’un des grands groupes panafricains.

Cette réforme a eu également des conséquences importantes sur la structure du Groupe en consacrant le désengagement de l’Etat du capital de la Banque centrale populaire et le contrôle de celle-ci par les banques populaires régionales à l’instar des grands groupes mutualistes et coopératifs internationaux.

Cette belle épopée ne s’arrêtera pas là puisque nous sommes à la veille d’une troisième réforme qui consolidera encore davantage le socle coopératif et mutualiste de notre Groupe et qui servira également de catalyseur à notre vision 2020.

 

Commentaire sur la portée pour l’image du Groupe Banque Populaire du trophée de la meilleure banque d’Afrique du Nord décerné par l’African Banker Awards.

Cette distinction est venue s’ajouter à celle obtenue en 2013 – meilleure banque de détail – et celle de 2012 – meilleure banque en matière d’inclusion financière. Nous ne pouvons que nous réjouir de ces distinctions qui nous réconfortent et prouvent la pertinence de notre modèle économique et de nos valeurs fondées justement sur la proximité et la facilitation de l’accès aux services bancaires au profit des couches sociales les plus larges.

 

Analyse sur le degré d’acceptation, confiance et satisfaction générée par un groupe banque bancaire comme Banque Populaire avec plus 1000 agences réparties tout au long du pays et des millions de clients qui réalise des performances commerciales et financières remarquables.

Nous disposons, effectivement, du réseau bancaire le plus large et d’une base de clientèle qui dépasse les 4,5 millions de clients au moment où nous recrutons vers les 450.000 nouveaux clients par an. C’est que nous avons pu construire une relation particulière avec cette clientèle grâce à notre proximité, au large éventail de produits que nous mettons à sa disposition sans oublier qu’une bonne partie de cette clientèle détient la totalité du capital de nos 10 banques régionales et qui, de ce fait, participe à la gouvernance du Groupe à travers les assemblées générales, les conseils de surveillance ou même le Comité Directeur qui est l’instance suprême du Groupe.

Ces clients, qu’il s’agisse des particuliers, des TPE, des PME ou des grandes entreprises, trouvent les réponses les plus adéquates à leurs attentes en matière de produits et services bancaires mais aussi en matière de relations bancaires caractérisées, encore une fois, par l’accessibilité et la proximité.

C’est pour cette raison que, dans nos différents plans de développement, nous avons maintenu cet effort de renforcement de notre réseau à travers la création d’une centaine d’agences par an et à travers une innovation constante dans nos produits et services.

Rôle du Groupe Banque Populaire dans le financement de la nouvelle économie marocaine en cours de consolidation ; nouvelle stratégie industrielle et les PME.

Le Maroc s’est effectivement engagé, depuis près d’une décennie, dans une nouvelle stratégie visant à créer de nouvelles sources de croissance avec le Plan Emergence qui a abouti à l’essor de nouveaux secteurs générateurs de valeurs tels que l’automobile, l’aéronautique, l’offshoring… Dans le même sillage, il s’est attelé à insuffler une nouvelle dynamique aux secteurs classiques comme l’agriculture à travers le Plan Maroc Vert où la pêche avec le Plan Halieutis. Ce processus s’est poursuivi par l’adoption de la nouvelle stratégie industrielle qui ambitionne de donner un nouvel élan au développement industriel à travers une approche multidimensionnelle où l’ensemble des paramètres – foncier, financements… – ont été pris en charge.

A travers la convention signée avec le gouvernement marocain dans ce cadre, le Groupe s’est engagé à contribuer à la mise en œuvre de cette stratégie, en particulier pour ce qui concerne le volet financement et accompagnement des PME qui s’engageraient dans ce nouveau processus. Cette démarche s’inscrit parfaitement dans notre business model qui met la PME au centre de notre stratégie, le Groupe étant le premier financeur de la création des TPE et des PME. Nous comptons également mettre à contribution, à cet effet, l’ensemble des instruments mis en place par le gouvernement pour la restructuration et la mise à niveau des PME, dont le Fonds de soutien mis en place dernièrement par la Banque Centrale.

 

Analyse sur l’importance pour Groupe Banque Populaire du financement et implication dans les vastes programmes d’énergie renouvelables lancés au Maroc.

Le développement des énergies renouvelables fait également partie de cette nouvelle vision du Maroc qui consiste à exploiter ses potentialités naturelles pour produire une énergie propre.

A côté du solaire, le gouvernement du Maroc s’est engagé dans un programme éolien étalé sur une période de 10 ans avec un investissement total estimé à 31,5 milliards de dirhams afin d’atteindre une capacité de production d’énergie éolienne de 2GW.

Le GBP s’est volontairement engagé dans ce programme en mettant en place, conjointement avec d’autres institutions financières, les financements nécessaires pour des projets structurants tels que le parc éolien de Tarfaya (d’une capacité de 300 MW) ou des parcs d’Akhfennir, Haouma et Foum El Ouad (3 sites d’une capacité totale de 200MW).

Le Groupe suit par ailleurs avec intérêt l’appel d’offres lancé par l’ONEE pour 5 sites de productions totalisant 850MW et accompagne les différents investisseurs retenus, dans le but de faire aboutir ledit projet qui constituera, en sus de ceux déjà réalisés ou en cours de réalisation, la pierre angulaire de la politique énergétique du Maroc dans les années à venir.

Importance du microcrédit pour le Groupe Banque Populaire dans sa stratégie de croissance. Commentaires sur l’attribution par l’agence Fitch Ratings de la notation « A- avec des perspectives stables » à la Fondation Attawfiq Micro-Finance (meilleure évaluation d’une institution de microfinance du continent africain).

Je dois préciser, tout d’abord, que le développement de la microfinance par notre Groupe fait partie de notre engagement sociétal dans la mesure où cette activité a pour finalité de lutter contre la précarité plutôt que de servir de relais de croissance.

En effet, notre banque a été la première institution financière à percevoir l’intérêt du microcrédit en tant qu’instrument des plus efficaces dans la lutte contre la précarité et le développement des activités génératrices de revenus pour les couches sociales les plus vulnérables.

C’est pour cette raison que le Groupe a créé, dès les années 90, une Fondation entièrement dédiée au microcrédit que nous avons dotée des moyens financiers nécessaires, mais aussi des outils de gouvernance qui en font, aujourd’hui, l’une des institutions de microfinance les plus réputées, d’où le rating de l’agence Fitch.

Le succès que cette Fondation a pu avoir et l’expertise qu’elle a pu acquérir nous ont amenés à envisager l’implantation de ce modèle en Afrique subsaharienne où nous comptons déployer l’activité de microfinance dès la fin de cette année, conscients que nous sommes de la pertinence d’un tel outil dans cette région du monde pour lutter contre les différentes formes de précarité et d’exclusion.

 

Groupe Banque Populaire a signé des accords stratégiques avec le groupe français   Groupe Français Banque Populaire Caisse d’Epargne (BPCE) : commentaires sur la dimension et vision long terme de ces accords.

Les accords stratégiques que nous avons signés avec le Groupe BPCE constituent le prolongement naturel d’une relation séculaire entre les banques populaires marocaines et leurs consœurs françaises .Au-delà de la coopération entre nos deux institutions, nous avons souhaité franchir ce cap à travers la mise en place d’un partenariat stratégique dont l’entrée de la BPCE dans le tour de table constituerait le socle. Cette entrée ayant été réalisée, nous avons convenu, en commun, d’un projet industriel et commercial commun qui a identifié cinq axes de coopération dont le développement du marché des migrants, le financement des projets immobiliers des résidents français au Maroc et l’accompagnement des clients des deux banques dans leurs opérations transfrontalières.

Nous estimons qu’il s’agit là d’un modèle typique de la coopération qui pourrait se développer entre des institutions partageant les mêmes valeurs et bâties sur le même socle de la coopérative et de la mutualité.

 

Groupe Banque Populaire et sa stratégie d’implantation au Maghreb en en Afrique de l’Ouest : votre vision.

Au-delà de sa présence historique en Guinée et en République Centrafricaine, le Groupe s’est orienté vers l’Afrique subsaharienne, en particulier les pays de la zone UEOMA, où nous ambitionnons de faire bénéficier ces pays du savoir-faire que nous avons cumulé pendant des décennies. Actuellement, ce projet présente tous les ingrédients d’un bon investissement qui cadre avec notre souhait de développer un modèle de coopération sud-sud plus efficient, créateur de valeurs et de richesses. Ce succès nous amène à étudier d’autres opportunités qui se concrétiseront bientôt. Cette réflexion s’applique également aux pays du Maghreb, où à l’exception de la Mauritanie, le Groupe n’est pas présent.

 

Comment le Groupe Banque Populaire est déjà perçu dans les places financières mondiales ; analyse sur la politique de communication de l’institution dans le monde.

Le prêt syndiqué de 227 millions de dollars que nous venons de mobiliser auprès d’un pool de banques internationales est la preuve tangible de la bonne notoriété du Groupe d’autant plus qu’il s’agit d’une première sortie.

Cette opération est significative à plusieurs égards. D’abord, elle est assortie de conditions nettement avantageuses, à savoir le Libor et le Ribord plus 100 points de base, le taux effectif sort ainsi à 1,05%. Le deuxième élément, c’est que ce prêt a été octroyé par des banques privées et non des institutions multilatérales. Le dernier point, c’est qu’il n’est assorti d’aucune garantie, ce qui traduit la confiance dont le Groupe jouit au niveau international, confiance qui est également confirmée par l’agence de notation Standard & Poor’s qui a octroyé au Groupe le meilleur rating dans la région du Maghreb.

 

Commentaires sur une des vocations de l’institution ; la politique sociale et l’action citoyenne du Groupe Banque Populaire.

La Banque Populaire a toujours inscrit son activité et ses plans de développement dans une démarche éminemment citoyenne. Des programmes comme ceux de l’inclusion financière ou le financement de l’acquisition de logements pour les personnes à revenus irréguliers en constituent quelques exemples concrets.

Dans le même sillage, nous avons dédié trois fondations à l’action citoyenne, dont Attawfiq Micro-Finance, la Fondation Banque Populaire qui s’intéresse à la culture et à l’environnement, et la Fondation Création d’Entreprises qui apporte son assistance gracieusement aux jeunes porteurs de projets.

Le Groupe s’est également engagé dans une politique de Responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise, un mode de production de valeurs universellement reconnu, basé sur un ensemble d’obligations et préoccupations sociétales assumées par l’entreprise à l’égard de ses différentes parties prenantes. Cette politique, nous l’avons également transposée à nos filiales en Afrique subsaharienne qui se sont engagées, avec le même élan, dans cette démarche novatrice.

 

Dernier message à nos lecteurs.

Le Groupe Banque Populaire est un groupe multidimensionnel qui a bâti son modèle économique sur des valeurs universelles où l’ensemble des clients, toutes catégories confondues, trouvent les réponses adéquates à leurs besoins. Preuve en est, la large base de notre clientèle qui couvre un vaste éventail allant de la micro à la grande entreprise.

Nous veillons parallèlement à l’amélioration constante de notre gouvernance et au renforcement de nos fondamentaux afin d’assurer la pérennité de notre Institution et de renforcer sa contribution au service de l’intérêt commun.